Cure thermale de rhumatologie et pour les séquelles de traumatismes ostéo-articulaires

En rhumatologie, la cure thermale est indiquée en cas d’arthrose sous toutes ses formes (mains, genoux, dos...), en cas de séquelles de traumatisme (accidents, fractures...), de fibromyalgie et autres douleurs chroniques. Les techniques de bain calment la douleur et décontractent. Les applications de boues locales ou générales calment la douleur au niveau des articulations, elles relaxent et décontractent au niveau musculaire. Les techniques de kinésithérapie (piscine de mobilisation, massages sous l’eau et à sec) assouplissent et décontractent.

La cure thermale apporte un bénéfice indubitable à une majorité de curistes, mais pas forcément pour les motifs et les indications rhumatologiques que l'on imagine.

La cure thermale est un traitement de physiothérapie élaboré et "concentré": 1 heure de soins quotidiens, c'est une durée en diminution par rapport à une époque où cette thérapie était moins populaire, mais c'est nettement plus que les séances généralement bi-hebdomadaires d'un kinésithérapeute.

Il n'y a pas d'effet traitement "de fond" démontré des cures sur les affections rhumatismales. Les eaux thermales ne sont pas un médicament. Le bénéfice vient des effets relaxants, tonifiants, décongestionnants et activateurs de la circulation sanguine.

Un bénéfice est nettement moins mis en avant et pourtant il est pour nous essentiel: votre hygiène de vie s'améliore pendant les 3 semaines de la cure: moins d'activités domestiques, plus de loisirs extérieurs, vous sortez de vos routines. Les régions de cure sont de grand intérêt touristique: visites, ballades en montagne, sport de loisir. Vous êtes physiquement plus actif. Vous pouvez effacer les conséquences de la sédentarité hivernale.

La décision de faire une cure fait ainsi intervenir non seulement les indications rhumatologiques, mais aussi votre envie de bouger et de changer d'air. Ce sont des vacances ciblées pour votre squelette !

Les meilleures indications rhumatologiques sont les rhumatismes inflammatoires, suivis de l'arthrose des membres. Les problèmes de colonne vertébrale et la fibromyalgie ne sont pas de très bonnes indications car la cure est essentiellement passive. La rééducation active est en supplément. Certaines stations cependant essayent de cibler ces pathologies et une clientèle plus jeune en proposant beaucoup d'activités sportives.

Le curiste type est en effet une personne de la soixantaine. Les traitements sont adaptés à cette tranche d'âge et respectent des règles de prudence. Les ennuis cardiaques peuvent être une contre-indication à une cure, trop épuisante. Les moins de 55 ans avec problèmes de dos choisiront plutôt une formule club de vacances doté de bons équipements sportifs. Certains existent au voisinage des centres de cure et permettent de faire coup double.

Grand centre ou petit centre ?

Les grosses stations sont souvent les mieux équipées, et proposent des animations plus ambitieuses, mais certains auront l'impression d'être dans une industrie de la santé. Les petites stations sont parfois dotées d'équipements vieillissants, mais on y trouve souvent une ambiance plus familiale et chaleureuse. Ce peut être la qualité de l'accueil dans un hôtel qui vous fera revenir au même endroit.

Actuellement la prise en charge de la cure par la sécu est simplifiée: l'imprimé est très rapide à remplir et il n'y a pas de refus (le prescripteur est laissé libre de juger de la bonne indication de ce traitement). Vous devez être fixé sur l'endroit du séjour car le médecin doit l'inscrire sur la demande. Le forfait de soins est remboursé, mais pas le transport ni l'hébergement, sauf conditions de ressources particulières. Pour ceux qui travaillent, la cure est à faire pendant les congés, sauf pour les affections de gravité sévère justifiant un traitement rapide (ce sont des cas normalement exceptionnels).