Granville, week-end thalasso à Granville et séjours en hôtel SPA

Du début du XVIème au début du XXème siècle, la pêche de la morue aux "bancs" de Terre-Neuve fut la grande affaire de ce port armant jusqu'à 110 bâtiments montés pour 5 000 marins. De chaque côté du golfe normano-breton, Granville et Saint-Malo se disputaient alors le titre de premier port de pêche français. L'autre pêche fût pendant des siècles, jusqu'au début du nôtre, le dragage des bancs naturels de ces grandes huîtres dites "pied de cheval", qui réapparaissent ces dernières années sur nos côtes. La puissance nécessaire à ce dragage donna naissance à ce bateau merveilleusement toilé qu'est la Bisquine, dont nous voyons tous les jours une réplique, "La Granvillaise".

En 1855, Granville fut le premier port d'armement de la compagnie Générale Maritime. Aujourd'hui, son port de plaisance compte 1 000 anneaux. Son port de pêche, 5ème en tonnage et 8ème en valeur d'importance en France, arme 77 chalutiers et caseyeurs polyvalents et la pêche fait directement ou indirectement vivre près de 500 familles. Son port de commerce dessert le sud de la Manche, le nord de la Mayenne et de l'Ile et Vilaine. Son port de voyageurs voit passer chaque année de nombreux passagers aller-retour de/ou pour Chausey (quartier maritime de la comune de Granville) ou les îles anglo-normandes.

En 1828, avant Dieppe, bien avant Biarritz, était édifié le premier "cabinet de bains", ancêtre de l'actuel casino, élevé en 1911 et inscrit à l'inventaire des monuments historiques.
En 1870, le chemin de fer y arrivait et huit ans plus tard circulaient les premiers "trains de plaisir".

Aujourd'hui, le tourisme granvillais, c'est aussi le musée ethnographique du Vieux Granville, le Musée d'art moderne Richard Anacréon, le Musée Christian Dior, dans la villa d'enfance du grand couturier, issu d'une vieille famille locale.

  5 week-end et séjour thalasso à Granville et ses environs

jusqu'à -30%